Qui sommes-nous?


Dany, Marie-Hélène, Louis-Vincent, Florence, Ludovic, Marie-Claire, Chef le chihuahua

Dany, Marie-Hélène, Louis-Vincent, Florence, Ludovic, Marie-Claire, Chef le chihuahua

Qui sommes-nous?

Deux passionnés de la vie qui, après un premier regard, firent naître un amour et quatre bébés.  Et afin de leur offrir un milieu qui leur permettrait de bien implanter leurs racines, nous avons décidé, en 2004, de plier bagage et de déménager au bord de la mer en Gaspésie.

C’est ainsi qu’est née un an après notre arrivée dans la Baie-des-Chaleurs, Brûlerie du Quai, une maison de torréfaction de café spécialisé.  Cette entreprise, en plus de nous fournir de l’excellent café nous a servi d’école et de tremplin pour apprendre le métier d’entrepreneur, et  les rouages du commerce international.  Depuis 10 ans déjà, cette magnifique entreprise nous aura fait passer par toutes les gammes d’émotions et nous sommes extrêmement fiers de ce qu’elle est devenue : une entreprise dévouée au café et spécialisée dans ce domaine.

Parallèlement à cela, Dany a eu en 2007 l’idée un peu folle de produire du chocolat à partir de grains de cacao. Une rencontre avec des producteurs de café du Pérou lui a appris que le cacao servait à fabriquer du compost pour la culture des plans de café.  Impossible pour les producteurs de commercialiser le cacao puisqu’il n’existe pas de micro-fabricants de chocolat comme il existe de micro-torréfacteurs de café.  Le marché du chocolat étant concentré dans les mains d’une poignée d’entreprises, il n’y a pas de place pour les micro-lots de fèves de cacao.  Dany décida alors qu’il allait un jour avoir une « usine de chocolat » comme dans le roman de Roald Dahl, Charlie et la chocolaterie.  Nos enfants en entendant cela rêvaient de rivières et de montagnes de chocolat. Dany est donc parti sur le chemin du cacao, recherchant des entreprises modèles et c’est en passant par la France, la Belgique, la Suisse et l’Allemagne, qu’il a été en contact avec ce qui se faisait de bon dans le milieu du chocolat. En revenant de ce périple, malgré toutes les possibilités que nous offrait la production de chocolat à petite échelle, plusieurs facteurs ont fait en sorte que nous avons dû mettre ce projet sur la glace, mais il n’était jamais très loin de nos pensées. Et c’estgrosse tablette finalement à l’été 2014, alors que nous venions de vendre l’une de nos succursales de café, que le moment se présenta de mettre de l’avant ce projet. Les enfants, maintenant rendus beaucoup plus grands (8 ans à 14 ans) prirent pleinement conscience de ce que nous nous apprêtions à faire et c’est avec engouement qu’ils participèrent avec nous à toutes les étapes de la mise en place du projet et s’assurèrent qu’il serait au premier rang de toutes les dégustations.  Ainsi se sont transformés depuis, dans notre petit atelier de la Baie-des-Chaleurs, des kilos et des kilos de chocolat que nous avons mis sur le marché à la fin de l’année 2014. Chaque barre demandant énormément de travail, nous sommes particulièrement fiers de ce nouveau produit et rêvons déjà de la route qui s’étire maintenant devant nous et qui sent si bon le café et le chocolat.

La famille Marquis en voilier

La famille Marquis en voilier

Il serait faux de dire que d’avoir un atelier au bord de la Baie-des-Chaleurs, bien installé entre la mer et la montagne, apporte quelque chose de supplémentaire à nos produits.  Par contre, on peut vous dire que nous nous considérons privilégiés de travailler dans un pareil environnement.  L’air salin, les marées, le chant des mouettes, les bateaux, alimentent notre quotidien.  On peut prendre un café sur la terrasse le matin en regardant les bateaux qui servent à la  pêche au hareng au large, et les montagnes au nord tapissées de leurs velours de verdure.  Tout ceci rend notre travail extraordinaire, et amplifie l’amour et l’énergie que nous mettons dans notre labeur.

Et pourquoi le nom Chaleur B Chocolat?

Tout d’abord, en hommage à la Baie-des-Chaleurs, et pour garder en mémoire que nous travaillons également un autre produit merveilleux, le café.  Café et cacao, deux produits similaires, qu’on doit torréfier à des profils de température similaires.  Durant la phase de test de torréfaction du cacao, on utilisait le même tableur que celui du café, avec un onglet appelé « Cacao torréfaction Température B », juste à coté de « Café torréfaction Température A ».  Et nous avons gardé cette appellation qui nous définit bien.

Les enfants et nous vous souhaitons bonne dégustation!

Dany et Marie-Hélène

Barachois de Carleton-sur-Mer.  Photo de Magalie Deslauriers

Barachois de Carleton-sur-Mer. Photo de Magalie Deslauriers